Comment déterminer la durée des travaux publics ?

calendrier

La question comment déterminer la durée des travaux publics ? Se pose le plus souvent. Il est rare qu’on arrive à trouver la bonne réponse sans qu’on effectue une petite recherche personnelle afin de se référer aux normes imposées. En gros la durée des travaux publics est la durée impartie au titulaire du marché pour la réalisation des travaux contractuels prévus, il s’agit des installations sur le chantier ainsi que la remise en état des lieux. La période de préparation des travaux aussi peut y faire partie ; ceci peut être fixé à 2 mois selon l’autorisation du CCAG 2009, mais peut dépendre aussi de l’ordre de service. L’intervalle de temps entre la période de préparation et la période de lancement des travaux publics est à prendre en compte dans le délai d’exécution.

Définir la date de lancement du délai d’exécution

Le lancement des travaux est à compter de la date de notification du marché. De plus que le CCGA 2009 détermine comme lancement des travaux publics la date de commencement de la période de préparation dans l’ordre de service. Le maître de l’ouvrage fixe le délai global, en tenant compte d’un calendrier prévisionnel d’exécution annexé à un acte d’engagement en précisant clairement les dates d’interventions relatives pour chaque lot. Il est tout de même possible de le rectifier ou de modifier par un calendrier détaillé. Ce dernier est élaboré par le responsable de la mission d’ordonnancement-pilotage avec l’aide des titulaires des différents lots, qui sera par la suite approuvée par le maître de l’ouvrage avant les 10 jours d’expiration de la période de préparation.

Élaborer un planning de chantier

L’élaboration d’un bon planning est très importante quelque soit la taille du chantier si on veut aboutir un bon déroulement. À savoir qu’il existe quatre types de planning : à commencer par le planning du maître d’œuvre, un document prévisionnel accompagné du dossier d’appel d’offres. Vient ensuite le planning de soumission, c’est l’entrepreneur soumissionnaire qui l’élabore en se référant du cahier de charge et de son expérience. En troisième lieu, il y a le planning d’exécution son contenu est élaboré par l’entreprise qui inclue un vrai planning répondant à toutes les exigences de l’appel d’offres. Enfin, il y a le planning réajusté que le chef de chantier comparera par rapport à la réalité tout au long de l’exécution des travaux sur terrain.

Articles en relation